Si le sushi secoue aujourd’hui le monde de la restauration jusqu’à Genève, c’est littéralement par un tremblement de terre que commence l’expansion de sa production.

En effet, c’est le séisme de 1923 qui ravage Tokyo qui force les chefs spécialistes en sushis à quitter la région et à se disperser à travers tout le Japon. La démocratisation du sushi débute ainsi à l’échelle nationale.

Dans les années 1970, le développement du tourisme japonais à l’étranger soutient également celui du sushi. Il conduit à l’ouverture de nombreux restaurants réservés aux Japonais à travers le monde. Il faut néanmoins attendre les années 1990 pour que le phénomène sushi décolle vraiment avec l’avènement de la diététique. Issus d’une cuisine saine à grande valeur nutritive, bénéficiant de l’image sophistiquée du Japon, les sushis se sont alors imposés comme le menu en vogue et privilégié de l’alimentation équilibrée.

En outre, la disponibilité à l’étranger des ingrédients nécessaires à la conception des sushis a largement favorisé l’essor de la production. Sans compter l’existence de produits pouvant aisément servir de substituts tels que le riz californien ou les anguilles chinoises. C’est l’association rapide de ces divers facteurs qui a accéléré le boom de la restauration nipponne.

About the author